Menu

Le casse-tête du financement des TPE et PME et ce que le financement participatif peut apporter

Le financement des très petites, petites et moyennes entreprises est un casse-tête dans tous les pays du monde, mais plus particulièrement en Afrique. Les structures publiques mises en place à cet effet tentent de pallier la rareté de l’argent dans la caisse des jeunes entrepreneurs, toutefois on constate très rapidement que les fonds ne vont pas toujours là où ils devraient achever leur course. Le modèle économique doit encore être pensé et inventé en la matière.

Une autre voie qu’il faudrait à notre sens explorer, c’est celui du crowdfunding (le financement participatif). Une de ses variantes, très subtile, est le « financement innovant ». Il a montré sa capacité à mobiliser des fonds importants grâce à de toutes petites contributions provenant de diverses sources (taxes sur les billets d’avion par exemple). Le crowdfunding peut être basé sur le don, la récompense, et même la prise de participation dans le capital de l’entreprise (equity crowdfunding). Cette dernière forme se rapproche du marché financier sans ses mécanismes contraignants et en l’absence de tout « gendarme ».

Le succès rencontré par les réseaux sociaux auprès des jeunes africains pourrait être exploité à la manière des cours d’eau aménagés dont on obtient des barrages.

Le crowdfunding hors d’Afrique, c’est 34 milliards de dollars mobilisés en 2015, contre 5 milliards seulement deux ans plus tôt. Une croissance exponentielle, une nouvelle manne dont les Africains sont exclus, comme d’habitude. Aucun site de crowdfunding dans le monde n’accepte les projets provenant d’Afrique. De jeunes africains tentent de relever le défi. Mais encore faut-il semer l’esprit de solidarité agissante, le plaisir de voir l’autre réussir en déposant dans son escarcelle ne serait-ce que 1 ou 2 dollars. Il y a donc lieu de faire entrer les jeunes africains dans les évolutions sociétales globales, en faisant tomber la barrière des nouvelles cultures improductives et avilissantes.

Il ne faut évidemment pas voir dans le crowdfunding la panacée aux problèmes de financement des petites structures. Elle peut répondre à des besoins spécifiques qui pourraient ne pas trouver de réponse ailleurs.

C’est pour contribuer à relever ce défi que nous venons de mettre en ligne le site de financement participatif givpik (www.givpik.com). Sa réussite suscitera certainement des vocations. Pour ce faire, tout un chacun devra y mettre du sien. Nous avons entièrement financé son développement, sans aucune aide extérieure. Il y a encore les problèmes de paiement à résoudre, comme c’est souvent le cas en Afrique. Mais déjà, l’utilisation des moyens de paiement des opérateurs mobiles a permis de faire démarrer le moteur. Lancé le 16 novembre 2017 avec 5 projets, c’est en cheminant avec vous que givpik vivra. Son slogan est simple : « soutenez un projet ou créez votre propre projet ».

Honoré de Sumo
A travaillé à l’Agence Américaine pour le Développement International et au groupe Jeune Afrique. Dirige une maison d’édition et se consacre au développement des plateformes numériques.

Share this Post!

About the Author : givpik


0 Comment

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Related post

  TOP